J'ai lu et je vous en parle // I read it

J’ai lu et je vous en parle #19 : Je l’aimais, d’Anna Gavalda

Bonjour tout le monde!

J’espère que vous survivez à cette canicule qui, personnellement, commence doucement à me courir sur le haricot comme on dit!

Etre enceinte, c’est absolument merveilleux, c’est et cela restera pour toujours la plus belle période de ma vie, seulement par un ressenti de 40 degrés et en vivant dans les terres, on doit rester enfermée chez soi et ça, c’est légèrement fâcheux. Plein d’ondes positives à toutes celles qui, comme moi, traversent cette période de très fortes chaleurs en étant en mode 2-en-1 🙂

Je vous retrouve donc aujourd’hui pour une nouvelle revue de livre et cette fois-ci, mon post du jour va porter sur Je l’aimais, d’Anna Gavalda.

ABDEB22B-BCFB-46A3-8E1D-A750B0D70B72

Titre : Je l’aimais

Auteur : Anna Gavalda

Editions : J’ai lu

Prix : 4,95€ (Intermarché)

« On biaise, on s’arrange, on a notre petite lâcheté dans les pattes comme un animal familier. On la caresse, on la dresse, on s’y attache. C’est la vie. II y a les courageux et puis ceux qui s’accommodent. C’est tellement moins fatigant de s’accommoder… A-t-on le droit de tout quitter, femme et enfants, simplement parce que l’on se rend compte – un peu tard – que l’on s’est peut-être trompé? Adrien est parti. Chloé et leurs deux filles sont sous le choc. Le père d’Adrien apporte à la jeune femme son réconfort. À sa manière : plutôt que d’accabler son fils, il semble lui porter une certaine admiration. Son geste est égoïste, certes, mais courageux. Lui n’en a pas été capable. Tout au long d’une émouvante confidence, il raconte à sa belle-fille comment, jadis, en voulant lâchement préserver sa vie, il a tout gâché. »

Ce qui m’a attiré

Je vous en avais parlé ici, je n’en suis pas à mon premier Anna Gavalda, et comme les deux premiers m’avaient beaucoup plu, j’ai enchaîné avec Je l’aimais sans me poser de question.

Anna Gavalda est une auteure que j’aime beaucoup pour son style léger, frais et sans chichi.

Les premières pages

Je l’aimais est un de ces livres qui commencent sur les chapeaux de roue, un peu comme L’Echappée Belle d’ailleurs, dans le sens où vous êtes directement plongé dans le livre, sans sommation et sans explications préalables.

Cela a souvent tendance à me déstabiliser mais j’ai remarqué que c’est un peu ce qui a caractérisé les précédents ouvrages que j’ai lus d’Anna Gavalda alors je dois dire que je m’y attendais un peu 😉

L’histoire

Nous nous retrouvons avec Chloé, que son mari vient de quitter pour une autre. Chloé se retrouve dans sa maison chargée de souvenirs avec ses deux filles et son futur ex-beau-père.

Chloé encaisse le choc encore tout frais comme elle le peut et alors qu’elle pense que ce qu’elle vit est horrible, être quittée par son mari et se retrouver seule avec ses deux petites filles, son beau-père lui apprend qu’il a lui-même failli faire la même chose à la mère de son fils il y a des années mais que, par confort, il a renoncé à cette option pour rester avec une femme qu’il n’aimait plus tant que cela en fin de compte. En tous cas pas autant que celle avec laquelle il rêvait de fuir et tout recommencer…

Au fil des pages, le beau-père est contraint par Chloé de donner de plus en plus de détails sur son histoire, Chloé s’ouvre aussi un peu plus à lui, c’est un joli échange qui s’installe.

La mise en page

Pas de chapitres, pas de numéros, juste des sauts de ligne pour Je l’aimais et beaucoup beaucoup de dialogues. Encore une fois, on retrouve la mise en page de L’Echappée Belle, ce qui m’a beaucoup plu.

En bref

Je l’aimais est un livre de moins de 150 pages qui se lit très très vite, une heure pour ma part, et que j’ai apprécié lire.

C’est un petit livre qui se lit vite, que je qualifierais de « livre d’été » et qui est agréable.

Même si c’est un livre sans visée particulière, sans morale ni explications particulières, et échange entre Chloé et son beau-père est vraiment intéressant. On fait partie d’une tranche de vie de Chloé, d’une tranche de vie de son beau-père, on est dans la confidence durant quelques jours de leur existence respective puis on en sort comme on y est entrés : sans être prévenu. J’aime beaucoup ce concept 🙂

C’est tout pour ma revue de Je l’aimais, d’Anna Gavalda. J’espère que cela vous aura plu et que vous me partagerez votre avis sur ce livre si vous l’avez vous-même lu!

A très vite!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s