J'ai lu et je vous en parle // I read it

J’ai lu et je vous en parle #12 : Mémé dans les orties, d’Aurélie Valognes

Bonjour à toutes et à tous!

C’est pour vous parler du dernier roman que j’ai lu que je vous retrouve aujourd’hui et ce roman, c’est Mémé dans les orties, d’Aurélie Valognes.

Je ne sais pas pour vous mais personnellement, ce livre, j’en ai entendu parler et je l’ai vu partout. Dans les mains des gens avec qui je prends le train, sur les blogs, sur Instagram. Par-tout!

Du coup, comme il était déjà sur ma wishlist depuis un moment, je l’ai acheté et j’avais hâte de découvrir ce qui se cachait parmi les pages de ce livre à la couverture façon nappe de bouchon lyonnais traditionnel 🙂

IMG_0646[1]

Titre : Mémé dans les orties

Auteure : Aurélie Valognes

Editions : Le Livre de Poche

Prix : 7,20€ (Cultura)

« Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant -, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps? Eviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur. Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur! »

Ce qui m’a attiré

Comme je vous le disais plus haut, ce livre d’à peine plus de 250 pages, je l’ai vu partout pendant un certain temps, notamment en tête de gondole à mon magasin Cultura le plus proche, où il est resté un bon moment d’ailleurs.

Aussi, je dois dire que le duo « couverture effet nappe de bouchon lyonnais » et « titre accrocheur » m’ont… justement accrochée 🙂

Avant de l’acheter

Pour Mémé dans les orties, je savais que je n’avais pas besoin de consulter Monsieur Google pour savoir si c’était effectivement le premier roman de l’auteure car je savais qu’il l’était et ça m’a vraiment ravie car il est assez rare que je lise le premier livre d’un auteur et que ce dernier n’en a pas déjà écrit une vingtaine depuis 😀

Les premières pages

Le tout premier chapitre donne le ton je dirais. On commence à côtoyer Ferdinand Brun, cet octogénaire assez « spécial » dirons-nous. Il est là à attendre son taxi près de sa valise, dans l’entrée de son appartement. Seulement voilà, alors que le téléphone sonne, le vieux monsieur ne trouve rien de mieux à faire que d’arracher la prise murale car il n’a pas l’intention de répondre et veut qu’on lui fiche la paix.

Sacré caractère, le papy Brun!

L’histoire

L’histoire de Mémé dans les orties tourne autour de ce Monsieur Brun, qui est le personnage principal du roman. Très rapidement, on comprend de quoi sa vie est faite : d’attente et de négativité, principalement.

Puis au fil des pages, on découvre pourquoi la vie l’a forgé ainsi et oui, il est responsable de l’état actuel de sa vie, mais aussi il n’a pas toujours eu de chance non plus.

Assez rapidement, j’en suis venue à éprouver de la compassion, de l’empathie et même de la tendresse pour ce vieux monsieur qui, au fil des pages, va montrer son côté humain.

L’histoire se termine très joliment, sans une petite frayeur dans les toutes dernières pages 🙂

La mise en page

C’est typiquement le type de mise en page que j’affectionne le plus : des micro-chapitres de quelques pages tout au plus et un titre sous forme d’expression française à chaque début de chapitre : j’adore!

Quelques exemples d’expressions françaises utilisées pour nommer les chapitres : « Couper les cheveux en quatre », « Jaune cocu », « Tourner au vinaigre », « La fin des haricots », ou encore « Les carottes sont cuites » 😉

Le style de l’auteure

Un livre écrit exactement comme il se parlerait, qui rend l’histoire plus prenante encore. On s’y plonge très facilement, comme si on nous la racontait en personne. J’aime beaucoup.

Aurélie Valognes a également su retranscrire, dans les dialogues, une façon de s’exprimer qui colle parfaitement à la peau de Ferdinand.

En bref

Mémé dans les orties n’est, certes, pas un roman qui m’a procuré toute une palette d’émotions, mais je l’ai trouvé agréable et je n’ai pas réussi à le poser avant de l’avoir terminé.

Je me suis vraiment attachée à Monsieur Brun, à force de le voir changer en bien, grâce à ces personnes qui sont littéralement entrées dans sa vie sans lui demander son avis.

Grande romantique et gnan-gnan que je suis, je suis soulagée que le livre se finisse bien :-).

En tous les cas, c’est un roman que j’ai eu plaisir à lire et j’ai déjà noté En route, Simone!, de la même auteure, sur ma wishlist!

Et vous, vous avez lu Mémé dans les orties? Vous en avez pensé quoi?

A très vite!

Un commentaire sur “J’ai lu et je vous en parle #12 : Mémé dans les orties, d’Aurélie Valognes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s